Chronique du voyageur – chapitre 3

Un zoo, à 5 minutes du centre de Paris
Quand je parlais d’expérience anthropologique unique à chaque voyage, je ne me trompe sans doute pas beaucoup.

Depuis mon observatoire, une marée humaine chamarrée défile devant moi  dans une mosaïque de couleurs de peaux, de vêtements, de visages, de corpulences, de langage corporel et d’odeurs.

Alors que j’essayais de calculer le débit humain qui défilait devant moi à la minute, je me laissais tout le temps distraire au bout de quelques secondes  par un trait de visage, une attitude, un haussement de voix, émerveillé que j’étais par cette diversité humaine qui d’ailleurs n’avait – à juste titre – aucune raison de me remarquer en train de prendre des notes tout en cachant la recharge de mon portable.

La mode parisienne du métrosexuel a l’air d’être passée. Bizarrement, cà me rassure🙂

Ah, un groupe d’étudiantes japonaises ! Cette apparition mythique vous arrivera sans doute et ce jour là, soyez prêts à affronter ce choc culturel. Je vous mets au défi de les différencier. Au début je pensais que c’était dû à l’uniforme, jusqu’au moment où j’ai réalisé qu’elles étaient intégralement uniformes : même coupe de cheveux, même accessoires, même kit de voyage, mêmes bagages.
I-den-tiques !

Une équipe de mendiantes bulgaro /albano/roumaines débarquent devant la gare depuis un van Volkswagen tout neuf d’où un homme leur annonce sans doute leurs objectifs de racket. Je suis maintenant intimement convaincu qu’il s’agit pour ces femmes d’un boulot à plein temps, une forme de prostitution qui ne requiert pas d’acte sexuel de leur part mais juste un harcèlement permanent des personnes présentes dans le hall de gare. Si leur comportement induit chez moi le coup de boule cher à Zidane, ce sentiment est exacerbé quand la même roumaine revient me solliciter pour une obole 2 minutes après mon premier refus. L’Europe, c’est çà aussi: soit nos mendiants ont la mémoire d’un poisson rouge, soit ils sont hyper opportunistes😉

Je clos ce passage sur une interrogation légitime : si une personne qui n’a qu’une jambe est appelée « unijambiste », pourquoi appelle-on les  personnes qui ont perdu un bras « manchot » et non pas ‘unibra-iste » ?

0 Responses to “Chronique du voyageur – chapitre 3”



  1. Leave a Comment

Leave a Reply

Please log in using one of these methods to post your comment:

WordPress.com Logo

You are commenting using your WordPress.com account. Log Out / Change )

Twitter picture

You are commenting using your Twitter account. Log Out / Change )

Facebook photo

You are commenting using your Facebook account. Log Out / Change )

Google+ photo

You are commenting using your Google+ account. Log Out / Change )

Connecting to %s




Welcome to Julien Coquet’s blog!

This blog is titled Negligible Quantities, after these small details that you always miss... and that end up messing up your plans!

Web culture in general and Web Analytics in particular depend on details. Most of my posts relay information that consists of details of importance to me.

I am Country Manager for France for the Web Analytics Association (WAA)

Bienvenue sur le blog de Julien Coquet

Ce blog est un espace où je parle de ces petits détails chers à mes analyses du Web.

Vous y trouverez des billets sur mon humeur du moment, mes coups de coeurs mais aussi mes coups de gueule :-)

Je suis responsable pour la France de la Web Analytics Association (WAA)

Le nom du blog, Negligible Quantities, est inspiré de Manu Larcenet et de ses Quantités Négligeables

July 2007
M T W T F S S
« Jun   Aug »
 1
2345678
9101112131415
16171819202122
23242526272829
3031  

Blog traffic

  • 52,903 views

Flickr Photos

Duck and candied potatoes

Cassoulet & Fitou

Mother in law's foie gras

HPIM2826

More Photos

RSS Digg!

  • An error has occurred; the feed is probably down. Try again later.

RSS Follow me on Twitter

  • An error has occurred; the feed is probably down. Try again later.

%d bloggers like this: